APECE (1750-1850)

Séance du 08 février 2014

APECE : séance du 08 février 2014 (Sorbonne, escalier C, 2e étage, salle Marc Bloch, 14 h 30)

 

 

L’effroi et la terreur, Esclavage, poison et sorcellerie aux Antilles

 

 Par Caroline Oudin-Bastide, docteure EHESS en Histoire et civilisations

 

 

Aux 18e et 19e siècles le crime de « poison et maléfices » affole les colonies de la  Martinique et de la Guadeloupe : de nombreux esclaves et libres de couleur sont accusés d’avoir usé de toxiques et de sorcellerie à des fins meurtrières. Ces accusations engendrent une terrible répression tant privée que publique. Ce phénomène peut être analysé en termes de fait social total. Des faits sociaux, selon Marcel Mauss, peuvent être qualifiés de totaux lorsqu’ils mettent en branle la totalité de la société et de ses institutions. Cette approche permet d’apporter un éclairage nouveau sur la dynamique du tout que constitue le système esclavagiste. L’analyse du « crime d’empoisonnement » révèle un système de croyances sorcellaires partagé par les maîtres et les esclaves, mais permet également de comprendre comment l’exercice de la violence est conditionné par le rapport des forces que constituent les colons, le pouvoir judiciaire, le pouvoir administratif local et le pouvoir central. Elle amène enfin à s’interroger sur la fonctionnalité de ce phénomène au sein de la société esclavagiste.



27/01/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres