APECE (1750-1850)

Séance du 12 décembre 2015

APECE : séance du 12 décembre 2015

 

(Sorbonne, escalier C, 2e étage, salle Marc Bloch, 14 h 30)

 

 

 

 

Par Caroline Oudin-Bastide et Philippe Steiner

 

 

En 1771, dans deux articles publiés dans les Ephémérides du Citoyen, Pierre-Samuel Du Pont introduit dans le débat sur l’abolition de la servitude un élément rhétorique inédit : le calcul. Il en restera partie prenante jusqu’à l’abolition de la servitude. En démontrant que les maîtres et/ou la nation toute entière trouveraient leur intérêt dans l’emploi d’une main-d’œuvre libre dans les colonies, les calculateurs abolitionnistes prétendent mettre au jour l’irrationalité des défenseurs coloniaux et métropolitains de la servitude ; leur dessein est d’éclairer les divers collectifs sur leur véritable intérêt qui coïncide avec le juste.

Accusant les antiesclavagistes de se laisser aveugler par leurs principes philanthropiques, les colons revendiquent pour leur part la parfaite rationalité du système esclavagiste, seul capable, au moins dans le court et moyen terme, de préserver les intérêts de tous. Les calculs de coûts comparatifs du travail libre et du travail débouchent sur une réflexion sur la productivité des esclaves et des travailleurs libres et, au-delà, sur le statut le plus propre à développer les potentialités laborieuses des affranchis.



02/12/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres