APECE (1750-1850)

Séance du 12 octobre 2013

APECE : séance du 12 octobre 2013 (Sorbonne, escalier C, salle Marc Bloch, 2ème étage, 14 h 30)

 

La reine Nzingha, le cannibalisme et la théologie

 

Par Jean-Michel Deveau

 

La communication proposée est fondée sur l’analyse critique des textes laissés par les missionnaires et transmis ensuite à travers la littérature de voyage, du milieu du 17e siècle jusqu’à la fin du 18e siècle ; les Encyclopédistes ont certes vivement critiqué cette vision des « Africains cannibales », mais ont par là-même contribué à colporter ce type d’images dont la reine d’Angola, avant sa conversion au christianisme et sa soumission politique aux Portugais, avait été l’archétype.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter :

-          Ninja, reine d’Angola. La relation d’Antonio Cavazzi de Montecuccolo (1687), éd. Linda Heywood et John Thornton, traduit par Xavier de Castro et Alix du Cheron d’Abzac, Paris, Éditions Chandeigne, 2010.

 

-          Catherine Gallouët, Farouche, touchante, belle et cannibale : transmissions et permutations des représentations de Njinga, reine d’Angola du 17e au 18e siècle, dans Dix-Huitième Siècle, n° 44 (numéro consacré à l’Afrique au 18e siècle), 2012 (p. 253-272)



02/10/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres