APECE (1750-1850)

Séance du 17 mai 2014

APECE : séance du 17 mai 2014 (Sorbonne, escalier C, 2e étage, salle Marc Bloc, 14 h 30)

 

Enseigner l’histoire des traites, de l’esclavage colonial, des résistances et des abolitions : présentation d’un site et d’un colloque dans le cadre d’un projet européen (EURESCL)

 

Par

Marie-Albane de Suremain, maître de conférences, UPEC-ESPE de l’Académie de Créteil.

Eric Mesnard, professeur d’histoire et de géographie, UPEC-ESPE de l’Académie de Créteil.

 

Un des aspects majeurs du programme EURESCL a été de produire des dossiers à caractère pédagogique, prenant en compte les avancées de la recherche scientifique et de les mettre sur un site à disposition d’un public enseignant ou plus largement intéressé par ces questions[1]. Il a aussi tenté de placer au centre de sa réflexion les pratiques de classe et l’expérience des enseignants par la mise en relation de professeurs du Primaire, du Secondaire et de chercheurs, en Afrique, dans l’espace caraïbe, en Europe afin d’échanger sur :

-          Les programmes scolaires : Quels aspects des traites, des esclavages et de leurs abolitions sont-ils à enseigner ? L’accent est-il mis sur les mêmes points ? En quoi le fait d’enseigner ces questions dans un espace qui a été affecté par le départ de captifs, ou bien qui a été un lieu de développement de l’esclavage, dans le cadre d’une économie de plantations, ou encore qui s’est trouvé en situation d’organiser et de profiter de la traite négrière atlantique, peut-il modifier la manière d’envisager ces questions ? L’étude des traites et des esclavages est-elle réservée au passé ou prend-elle une dimension contemporaine ? Quels enjeux identitaires (hérités, construits ou supposés) ou politiques sont-ils associés à l’enseignement de cette histoire ?

-          La mise en œuvre des programmes : Comment ces questions sensibles, en raison des héritages propres aux différents espaces et sociétés, sont-elles enseignées ? Comment les habitus didactiques nationaux modulent-ils aussi ces questions ? Comment histoire, mémoire(s), intérêt pour le patrimoine, éducation ou engagement civiques s’articulent-ils ?

-         Les perceptions et les réactions des élèves : Dans quelle mesure ces questions sont-elles « sensibles » pour eux ? Quelles sont leurs réactions ? Entre intérêt, gêne, émotion, déni ou mise à distance, dans quelle mesure varient-elles en fonction de leur âge et de leurs représentations ? 

 

Nous présenterons les lignes directrices du site pédagogique élaboré dans le cadre du programme EURESCL : inscrire l’histoire des traites et des esclavages dans la durée, sortir d’une « histoire des grands nombres » en essayant de mieux l’incarner à travers des récits de vie, montrer les stratégies de résistance des esclaves, y compris dans des situations de contraintes extrêmes, et souligner la dimension coloniale aussi bien qu’inter-impériale de cette histoire.

Dans le prolongement de l’élaboration de ce site,  nous ferons aussi le bilan d’un colloque international en cours de publication qui a permis de confronter les expériences et réflexions d’enseignants de tous niveaux, d’Afrique, d’Amérique et d’Europe, et celles de chercheurs, en ne se limitant pas à des focalisations nationales, mais en croisant les regards. L’enjeu était de saisir la complexité d’une question très sensible et d’une histoire en partage entre différents continents et acteurs, porteurs d’héritages et de projets multiples, qui retravaillent l’enseignement de cette histoire.

  


[1] « Comprendre et enseigner les traites, esclavages et abolitions » : http://www.eurescl.eu/pe0984/web/



06/05/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres