APECE (1750-1850)

Séance du 23 mars 2013

APECE : séance du 23 mars 2013 (Sorbonne, escalier C, 3e étage, salle Picard, 14 h 30)

 

Communication de Marion Godfroy (membre associé à l’Institut d’Histoire de la Révolution française [Sorbonne] et membre associé au Centre de recherches en Histoire Quantitative, CNRS UMR 6583)

 

Les Lumières et l’Atlantique : de l’entreprise de Kourou à l’affaire Chanvalon

 

La France a-t-elle tout perdu en 1763 ? A priori le fiasco semble total à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Et pourtant, le duc de Choiseul secrétaire d’État à la Marine et à la Guerre décide d’une colonisation blanche et massive de la Guyane. Près de 15 000 hommes, femmes et enfants sont débauchés outre-Rhin. Ils atteignent pour une majorité d’entre eux la Guyane en 1763 et 1764. Une dramatique épidémie tue 60% de ces colons, pour la plupart à Kourou. Le désastre se poursuit en France par un scandale. L’intendant Chanvalon est banni et condamné à l’exil et au silence, de même, dans un premier temps, que le gouverneur Turgot. L’intendant obtient sa réhabilitation sous le règne de Louis XVI en 1781.

L’expédition de Kourou (1763) est apparue comme une page noire de l’histoire guyanaise au point même de devenir parfois une date butoir augurant d’une appréciation linéaire la triste réputation de la Guyane, faucheuse d’hommes blancs. Or, une simple lecture des éléments principaux invitait à plus de nuances.

Elle interroge en réalité trois axes différents des tentatives de colonisation, marquant à la fois les processus de construction et d’appréhension de l’Atlantique et de l’impérialisme, mais aussi par un retour l’utilisation d’un échec dans les carrières politiques ministérielles et dans les luttes opposant le Parlement au roi. Ainsi, en inscrivant l’expédition de Kourou dans une chronologie précise, on montre son ampleur au sein de trois historiographies principales : l’histoire atlantique, l’histoire des migrations et enfin l’histoire politique de la société d’Ancien Régime en France.

L’intérêt porte donc sur les procédés qui permettent de comprendre naissance, transformation et utilisation politique d’une entreprise des Lumières. En 1763, si la France a perdu un combat, c’est celui de l’ultime rêve d’une Amérique française, enfin comprise dans son enjeu comme sa puissance géopolitique.

 



18/03/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres