APECE (1750-1850)

Séance du 5 novembre 2016

APECE : séance du 5 novembre 2016

 

(Sorbonne, escalier C, 2e étage, salle Marc Bloch, 14 h 30)

 

 

De l’esclavage à la liberté forcée.

Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle

 

par Céline Flory

 

(Chargée de recherche au CNRS, UMR 8168 Mondes Américains - CIRESC)

 

 

 

 

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent conduits sous l’égide du gouvernement français en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. En effet, afin d’y circonscrire les effets de l’abolition de l’esclavage décrétée le 27 avril 1848, le gouvernement français mit en place, quatre ans après celle-ci, l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail venant de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93 % d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs sur les marchés d’êtres humains du littoral ouest-africain, ils furent achetés par les recruteurs français qui leur imposèrent un contrat d’engagement de travail de dix années, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7 % d’Africains partis librement.

Cette conférence retracera leur expérience migratoire et de travail à travers l’Atlantique français.



19/10/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres